INTERVIEW : Rencontre avec Shelmi

Shelmi sortira son premier album « No go zone » le 1er juin et nous les avons rencontrés dans les bureaux de leur maison de disques « Tôt ou Tard ».

JustMusic.fr : Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ?

Celio (Shelmi) : Je suis Celio et je m’occupe de tout ce qui est rythmique, surtout avec la batterie et je fais un peu de chant sur scène.

Sacha (Shelmi) : Je suis Sacha et je fais surtout du chant dans le groupe.

Ben (Shelmi) : Je suis Ben, je fais du clavier, de la guitare et aussi du chant.

JustMusic.fr : Vous avez commencé avec le groupe « Super Social Jeez », pouvez-vous me parler de vos débuts avant la création de « Shelmi » ?

Ben (Shelmi) : « Super Social Jeez » est notre dernier projet avant « Shelmi », mais on a fait plein de choses avant.

Celio (Shelmi) : Ils se connaissaient déjà tous les 2 car Ben était l’ingénieur du son de l’ancien groupe de rock de Sacha. Ils ont commencé à faire de la musique tous les 2 et j’ai rencontré un pote bassiste qui connaissait Sacha. A cette période, ils avait été retenus pour un festival étudiant…

Sacha (Shelmi) : C’était le concours « Ici et demain » en 2011.

Celio (Shelmi) : Ben et Sacha ont cherché un bassiste pour monter un groupe et il lui ont demandé s’il connaissait un batteur. C’est comme ça que je suis arrivé dans le projet.

Sacha (Shelmi) : On a fait plein de choses pendant 4 ans, on a sorti un EP, on a fait des featurings avec des artistes de la scène hip-hop dont Nekfeu, et on a fait les premières parties de Christine and the Queens. C’était une tournée importante pour nous car nous l’avons organisée seuls et on a fait plein de dates à l’arrache (sourire). Toutes ces dates ont construit « Shelmi ».

Ben (Shelmi) : « Super Social Jeez » était un projet très acoustique et lorsqu’on a fait les premières parties de Christine and the Queens, on a vu qu’on était limités en terme de moyens. On était dans une petite voiture et on ne pouvait pas emmener de batterie. Tout ça a construit « Shelmi » car on a dû se machinaliser.

Sacha (Shelmi) : On a eu cette envie de passer au français, de prendre plus de risques et de plus s’adresser au public. « Super Social Jeez », c’était très récréatif contrairement à « Shelmi ».

JustMusic.fr : Que signifie « Shelmi » ?

Celio (Shelmi) : Ça ne signifiait pas grand chose, c’était une petite blague entre nous. On s’appelait « Michel » donc c’est resté (sourire). Mais c’est drôle car il y a une amie à nous qui nous a fait remarquer que dans « Shelmi », il y avait 2 lettres de Sacha, 2 lettres de Benjamin et 2 de Celio.

JustMusic.fr : Comment vous-êtes vous fait répérer par « Tôt ou Tard » ?

Ben (Shelmi) : On avait fait un premier EP qui était un peu différent de ce qu’on fait maintenant. On l’a fait écouter à un pote qui l’a fait écouter à une personne du label et la rencontre s’est faite comme ça.

Sacha (Shelmi) : Le feeling est tout de suite très bien passé car on aime beaucoup la mentalité des personnes qui travaillent ici.

Celio (Shelmi) : C’est très famille !

JustMusic.fr : Votre album sortira le 1er juin donc pouvez-vous me parler des messages et de la création de vos chansons ?

Sacha (Shelmi) : On l’a fait de manière très spontanée et on a remarqué qu’il y avait un fil rouge. Les thématiques sont assez générationnelles et on parle des choses que l’on rencontre dans nos vies de jeunes adultes. Les difficultés qu’on peut avoir, du monde qui nous entoure, les titres sont très personnels mais il y a aussi du recul pour que notre génération puisse se sentir concernée.

Celio (Shelmi) : C’est un regard sur la société à partir de nos histoires personnelles et ça va du job alimentaire à la pression sociale qu’on peut avoir et les rapports de force qui se créent dans le monde dans lequel on vit. C’est un peu sociétal et assez proche de ce qu’on vit.

Sacha (Shelmi) : C’est la pression de se conformer à quelque chose que l’on ne veut pas et des choses qui viennent à nous comme pour le travail. On parle du monde qui ne correspond pas à nos attentes.

JustMusic.fr : Vous avez tout fait à trois mais on retrouve la participation de Jérémy Kapone et Jérémie Chatelain sur deux titres. Comment se sont déroulées ces collaborations ?

Sacha (Shelmi) : Jérémie Chatelain, c’est anecdotique car c’est juste quelques mots qu’on a gardés car la punchline était cool (sourire). Jérémy Kapone, c’est d’abord un ami d’enfance et parce que j’étais dans le groupe « Kaponz & Spinoza » avec lui. Je lui avais envoyé la version en anglais du titre et je n’avais encore jamais rien écrit en français. J’ai gardé ce qu’il a fait et je l’ai développé donc ça m’a mis le pied à l’étrier.

JustMusic.fr : Vos paroles sont parfois assez crues, vous ne vous êtes pas fixés des limites par risque de choquer les gens ?

Ben (Shelmi) : Il en faut plus pour choquer les gens (sourire).

Celio (Shelmi) : J’écoute des choses qui sont plus crues que ce qu’on fait (sourire). Il ne faut pas se mettre des limites de toute façon.

Sacha (Shelmi) : Il n’y a pas de règles à partir du moment où c’est sincère et authentique, je pense qu’on peut dire ce qu’on veut. On est fidèles à notre façon de parler et ça ne va pas plus loin que ça.

JustMusic.fr : Vous avez déjà fait de nombreuses scènes donc quels sont vos meilleurs souvenirs de live ?

Ben (Shelmi) : La première partie de 1995 au Palais des Sports était très cool et il y avait une grosse énergie !

Celio (Shelmi) : J’avais deux concerts, un en première partie au Nouveau Casino pour une artiste anglaise, du coup, je suis parti en scooter et je suis arrivé pile pour le Palais des sports (sourire).

JustMusic.fr : Quelles sont vos prochaines dates ?

Celio (Shelmi) : On va faire quelques premières parties de Vianney dans les Zéniths de France.

Ben (Shelmi) : Le 24 mars, on joue à Arles et une date parisienne sera annoncée prochainement !

JustMusic.fr : Avez-vous des rituels avant de monter sur scène ?

Celio (Shelmi) : On écoute des choses assez hardcore pour se mettre dans une situation de warrior (sourire).

Sacha (Shelmi) : On fait un peu de sport et on se fait un gros câlin. On essaie de se mettre dans le meilleur état d’esprit possible.

Celio (Shelmi) : Comme il y a beaucoup d’attente, on essaie de se revitaliser pour être en forme avant de monter sur scène.

JustMusic.fr : Que pouvez-vous ajouter pour donner envie au public de vous découvrir ?

Sacha (Shelmi) : C’est un disque qui vous fera vous sentir un peu moins seuls face à vos difficultés.

JustMusic.fr : Pour terminer, avez-vous un message à adresser à votre public ?

Celio (Shelmi) : Merci à tous pour votre patience car la musique c’est toujours comme ça (sourire).

Sacha (Shelmi) : On va vous dévoiler pas mal de titres et on a hâte d’avoir des retours.

Ben (Shelmi) : On vous aime et les haters aussi, surtout eux d’ailleurs (rires).

Retrouvez Shelmi sur Facebook et sur Twitter.