INTERVIEW : Rencontre avec Hugo Barriol

1
1440

Hugo Barriol JustMusic.fr

Nous sommes partis à la rencontre de l’artiste Hugo Barriol qui vient de sortir un premier single plus que prometteur « On the road ».

JustMusic.fr : Pour commencer peux-tu te présenter et me dire pourquoi tu t’es lancé dans la musique ?

Hugo Barriol : Je m’appelle Hugo Barriol et j’ai été baigné dans la musique depuis tout petit parce que mon père en faisait. Il répétait dans la cave et j’étais constamment entouré d’instruments de musique. J’ai commencé la batterie à l’âge de 4/5 ans et j’en ai fait pendant un moment. J’ai aussi eu des groupes et par la suite j’ai eu envie de chanter, de créer des mélodies plutôt que de taper sur des toms (sourire). A 20 ans, j’ai appris la guitare tout seul pour faire mes chansons.

JustMusic.fr : Comment t’es-tu retrouvé à jouer dans le métro en Australie ?

Hugo Barriol : Je suis parti en Australie car ça faisait 5 ans que je composais et j’avais même enregistré quelques démos. Il ne se passait pas grand chose et j’avais envie de voyager. J’ai un pote qui avait terminé ses études et on a décidé de partir tous les deux. J’ai choisi l’Australie pour pouvoir perfectionner mon anglais et je voulais aussi profiter du soleil. Je n’ai pas réussi à trouver du boulot donc des potes que j’avais rencontré dans une auberge de jeunesse m’ont conseillé de jouer dans la rue ou dans le métro pour me faire des sous. Je les ai écoutés et j’arrivais à me faire 30 dollars en deux heures donc c’était cool (sourire).

JustMusic.fr : Pourquoi as-tu recommencé à jouer dans le métro lorsque tu es rentré à Paris ?

Hugo Barriol : Je voulais voyager mais j’avais aussi envie de faire bouger les choses avec ma musique. Je suis donc rentré pour m’en donner les moyens et je me suis présenté aux auditions de la RATP. J’ai eu mon accréditation et c’est comme ça que j’ai commencé à jouer dans le métro parisien. En parallèle, j’étais serveur mais j’ai laissé tomber car je n’avais plus assez de temps pour faire de la musique. Je me suis donc lancé à plein temps dans le métro, de 12h à 14h, puis de 18h à 20h30.

JustMusic.fr : Qu’as-tu appris en jouant dans le métro ? Est-ce que c’était difficile ?

Hugo Barriol : J’ai appris à être meilleur sur mon jeu de guitare et j’ai trouvé la voix que j’ai en chantant maintenant. Je ne faisais pas de reprises car je voulais toucher les gens avec ma musique donc c’était un peu difficile car je n’avais pas un grand répertoire. Le fait de voir des gens qui s’arrêtent et d’échanger avec eux m’a permis de tenir le coup.

JustMusic.fr : Tu n’as pas pensé à participer à une émission de télé-crochet ?

Hugo Barriol : Non, on me l’a proposé mais je n’ai pas voulu le faire. Je pense que je ne me sentirais pas à l’aise dans ce genre d’émission. Je suis auteur, compositeur et interprète, ce qui m’importe est de jouer mes morceaux et de ne pas faire de reprises. J’ai l’impression qu’il faut se vendre dans ce genre d’émission et je ne suis pas très bon pour le faire (sourire). J’ai préféré attendre même si ça prenait plus de temps. Je me disais que si quelque chose arrivait, c’était grâce à ma musique uniquement.

JustMusic.fr : N’as-tu jamais pensé à abandonner ?

Hugo Barriol : Bizarrement, je n’ai pas voulu abandonner et j’ai rencontré un producteur indépendant avec qui je travaillais sur l’EP. Je n’avais pas que le métro, je continuais à travailler sur mes morceaux et j’y croyais.

JustMusic.fr : Tu as bien fait car tu es désormais signé en maison de disques et tu sortiras ton premier EP le 16 juin. Peux-tu me présenter tes 5 titres ?

Hugo Barriol : L’EP est un bon résumé des 5 dernières années en terme d’écriture car certains morceaux ont 5 ans et d’autres sont plus récents. Je dirais que c’est un bon mix de ce que j’étais, et il y a une espèce d’évolution dans l’écriture. Par exemple, « Time » qui est plus ancien et « Black and white » pour lequel j’ai essayé de faire quelque chose sans me fixer de barrières. Tous mes morceaux sont assez intimes et ils sont très personnels. C’est assez mélancolique et il y a « On the road », le premier extrait, qui est un peu plus rythmé que le reste.

Hugo Barriol JustMusic.fr 2

JustMusic.fr : Pourquoi ne chantes-tu qu’en anglais ?

Hugo Barriol : Comme je te le disais mon père faisait de la musique dans un groupe et il écrivait en anglais. J’ai toujours baigné là-dedans et chez moi, on écoutait peu de musique française. Aujourd’hui, c’est ça qui me touche et la musique folk se fait plus en anglais. Même quand j’ai commencé à écrire et que mon niveau dans cette langue n’était pas très bon, je n’ai pas réfléchi et j’avais envie de le faire en anglais. Dans ma musique j’essaie d’être sincère et je ne me pose pas de questions.

JustMusic.fr : Peux-tu me dire quelques mots sur le tournage de ton premier clip « On the road » ?

Hugo Barriol : J’ai rencontré Albéric Rouzeau le réalisateur à Paris et on a pu échanger avant de partir pour le tournage. On a eu un très bon feeling et comme il était aux Canaries avant moi, il a pu faire du repérage. C’était très intense car on n’a eu que deux jours et demi, mais tout s’est très bien déroulé. On savait ce qu’on voulait, l’équipe était super, on a eu du beau temps… Donc toutes les conditions ont été réunies pour qu’on puisse tourner confortablement.

JustMusic.fr : Tu as assuré la première partie d’Alain Chanfort le 29 avril dernier à la salle Pleyel à Paris. Comment as-tu été accueilli par son public ?

Hugo Barriol : J’ai fait sa première partie sur toutes les dates de sa tournée pendant trois mois. On a joué un peu partout en France, en Belgique et en Suisse, puis pour l’avant-dernière date à Paris. Le public ne m’attendait pas car mon style est différent du sien, mais les gens m’ont très bien accueilli. A la fin des concerts, il y avait un stand pour rencontrer le public et j’ai eu de très bons retours. Je reçois même des messages de certaines personnes qui me disent qu’ils ont précommandé l’EP donc c’est cool (sourire).

JustMusic.fr : Quelle est la suite pour toi ? D’autres concerts ? Un album ?

Hugo Barriol : On est en train de chercher un tourneur pour la scène car on n’a pas voulu se précipiter. Pour le moment, je n’ai pas encore de dates, et pour l’album, j’ai tous les morceaux pour le faire, mais on cherche un réalisateur. On a contacté des personnes qui sont en Angleterre ou aux Etats-Unis et qui ont travaillé avec des artistes qui m’inspirent. Je vais enregistrer des démos la semaine prochaine pour les envoyer et je vais attendre de voir qui a envie de travailler avec moi (sourire).

JustMusic.fr : Quels conseils peux-tu donner à de jeunes artistes qui souhaiteraient se lancer ?

Hugo Barriol : Il ne faut pas essayer de faire des choses pour plaire mais il faut être sincère dans son art. Il faut donner quelque chose, apprendre à être patient et travailler. Il faut avoir conscience qu’il faut fournir beaucoup de travail et qu’il faut savoir s’écouter (sourire).

JustMusic.fr : Si demain tout s’arrête, retournerais-tu jouer dans le métro ?

Hugo Barriol : Je n’ai pas complètement arrêter le métro pour le moment. Je ne sais pas si j’y retournerais tout de suite car je pense que j’irais jouer ailleurs comme j’ai pu le faire en Australie.

JustMusic.fr : Pour terminer as-tu un message à adresser au public qui te soutient ?

Hugo Barriol : Je tenais à remercier toutes les personnes qui m’ont découvert dans le métro et qui depuis viennent à tous mes concerts. Je fais ma musique tout seul mais s’il n’y avait personne pour m’écouter, ce serait un peu compliqué (sourire). J’espère que mon EP leur plaira et que je continuerai à les toucher avec tous mes futurs titres.

Retrouvez Hugo Barriol sur Facebook et sur Twitter.

Hugo Barriol Interview JustMusic.fr

Hugo Barriol Dédicace JustMusic.fr

1 COMMENT

  1. Merci pour cette interview aussi sincère que les chansons d’Hugo. J’espère que nous continueront à être de plus en plus nombreux à plébisciter ses créations. Notre monde a besoin de ponts et je sais au plus profond de moi, qu’Hugo à commencé à en jeter de nouveaux, d’autres plus solides et plus longs, certainement plus surprenant, suivront. Merci encore à toutes et à tous.

LEAVE A REPLY