INTERVIEW : Rencontre avec Inca (Siddhartha, l’Opéra Rock)

Inca nous a reçu à l’Hôtel Idol afin de nous parler de son rôle dans « Siddhartha, l’Opéra Rock » qui se jouera au Palais des Sports à partir du 26 novembre.

JustMusic.fr : Tu vas incarner « Siddhartha » dans quelques semaines et ce n’est pas ta première comédie musicale. Pourquoi as-tu accepté celle-là ?

Inca : Effectivement, ce n’est pas la première car j’ai fait « Roméo et Juliette » et « La légende du Roi Arthur ». Ce qui m’a poussé à accepter le rôle est le thème de Bouddha. C’est un personnage qui me parle véritablement de part son côté rebelle, sa spiritualité et le fait qu’il ait pu apporter quelque chose au monde pour transformer l’humanité. Le fait qu’il ait compris beaucoup de choses et qu’il ait pu apporter son amour, son énergie ou encore sa joie au monde. Tout le monde a attendu parler de lui sans savoir forcément qui se cache derrière et c’est vraiment quelque chose qui m’interpelle. J’ai toujours été à l’écoute de mon instinct et de ma spiritualité. Je trouve que c’est merveilleux de pouvoir allier ma carrière à l’humain et au spirituel. Ces trois éléments font que je suis fier et heureux d’incarner Siddhartha. C’est un grand privilège pour moi !

JustMusic.fr : Peux-tu me présenter le spectacle ?

Inca : On retrace la vie d’un homme qui s’appelait Siddhartha Gautama, son histoire s’est passée il y a 2500 ans en Inde. Il est né sous le règne royal dans un palais sous l’autorité de son père, le roi Suddhodhana. Il a été comme dans une prison dorée durant toute son enfance jusqu’à ce qu’il soit adulte. Il fallait qu’il ne voit que le bon côté de la vie qui du coup n’est pas dans la réalité. A l’époque, plusieurs prophètes avaient prédit qu’il serait quelqu’un de particulier sur Terre, qu’il s’apparenterait à un élu et qu’il allait changer la face du monde. Mais son père n’y croyait pas car il souhaitait qu’il devienne roi. Siddhartha qui était rebelle s’est écouté et il s’est évadé du palais pour rechercher la liberté afin d’être lui. Il va donc passé par de nombreuses épreuves, il s’est posé des questions et a voulu rechercher ce qu’on faisait sur Terre. Plusieurs communautés en Inde cherchaient le secret de la vie et il a voulu suivre cette direction. À force de méditations, il a trouvé sa voie et il a atteint un amour véritable constant qui se rapproche du divin, qui fera que la souffrance ne s’exprime plus. Il a alors pu délivrer ce message magnifique au monde entier. Dans ce spectacle, on va retracer sa vie, de sa naissance jusqu’à ce qu’il atteigne l’éveil, qu’il diffuse le message au monde et jusqu’à sa mort.

JustMusic.fr : Comment te prépares-tu à incarner un personnage comme celui-ci et as-tu des points communs avec lui ?

Inca : Quand j’ai su que j’avais le rôle, il y a 2 ans, je me suis demandé sur quoi j’allais me baser en tant qu’artiste techniquement parlant. C’était un gros challenge pour moi et puis je me suis dit que j’allais rester moi-même. Je ne veux pas l’incarner, je veux être moi sur scène, ce que je suis en tant qu’homme par rapport à mes expériences. Je suis donc parti en Inde pour faire le même parcours que lui, jusqu’au fameux arbre où il a atteint l’éveil. C’était important pour moi de me rendre au coeur de son histoire et sur ses traces. Je me suis aussi inscrit à des cours de yoga pour être à l’écoute de ce que je ressens intérieurement. Pour finir, j’ai reçu les enseignements du Bouddha dans un temple tibétain à côté de chez moi dans le sud de la France. Je ne savais pas qu’il y avait un temple à dix minutes, alors comme quoi rien n’est dû au hasard (sourire). J’ai fait tout ça pendant 2 ans pour me préparer.

Mes points communs ? Je dirais ce côté rebelle, le fait de ne pas accepter ce qu’on nous dicte dans la société. J’ai toujours été comme ça, j’ai été dans un groupe de rock et j’ai interprété Méléagant. Je pense que c’est important pour faire changer les choses d’avoir cet esprit de remise en question. J’ai aussi cette énergie de joie et d’amour naturelle car j’ai reçu cette sensibilité à la naissance. Diffuser la meilleure partie de ce que je suis au quotidien est important.

JustMusic.fr : Comment s’est déroulé l’enregistrement de l’album ?

Inca : C’était il y a quelques mois et on était en mode immersion totale en studio. C’était fort en émotion car toutes les chansons parlent de choses fortes. Musicalement, c’est également très puissant !

JustMusic.fr : Tu as aussi ta propre carrière solo et tu as sorti un premier album « Je vivrai » en 2017 et un EP « Je me sens vivant » en 2018. Peux-tu me faire un bilan de ces deux projets en solo ?

Inca : En effet, j’ai un univers musical pop/rock en parallèle, je suis fan de The Doors, Queen, Dépêche Mode et aussi – c’est un grand écart – de Céline Dion. C’est le côté showman qui me plaît et j’en suis un moi aussi, on l’a vu dans mes expériences passées (sourire). Il y a aussi le côté voyage et nature car mon dernier EP a été entièrement composé en Islande, un pays qui me touche en plein coeur. Dans mon univers musical, j’essaie de retranscrire toutes mes facettes et transmettre des messages d’amour mais aussi de spiritualité. C’est génial car c’est le fil conducteur avec Siddhartha, ce n’était pas comme si j’interprétais Hercule Poirot, même si ça ne me déplairait pas (sourire). Je suis en accord avec ce que je suis en tant qu’artiste, humainement et spirituellement.

JustMusic.fr : La comédie musicale va te prendre beaucoup de temps, alors à quand un nouveau projet solo ?

Inca : J’avais comme projet de développer mon EP « Je me sens vivant » pour en faire un album mais par manque de moyens et comme je n’ai pas de maison de disques, c’est un peu délicat pour moi de le produire. J’aimerais faire un album avec tous les titres qui sont dans mes tiroirs et qui n’attendent que de naître.

JustMusic.fr : C’est vrai que tu n’as pas de maisons de disques alors que dès que tu interprètes un rôle, tu es encensé par la critique. Pourquoi selon toi ?

Inca : Aujourd’hui, un chanteur de comédie musicale est jugé comme étant un artiste trop classique, pas dans le coup… Il y a aussi le fait que nous sommes dans une époque où on prend moins de risques. Et il y a aussi ce qu’on appelle le karma (sourire), il faut peut-être que je passe par certaines étapes qui ne sont certes pas faciles à vivre mais avec le recul, je m’aperçois que si je n’étais pas passé par tout ces épreuves, je ne serais pas ce que je suis.

JustMusic.fr : Quels conseils donnerais-tu à un jeune artiste qui souhaiterait se lancer ?

Inca : Il faut toujours prendre du recul sur toutes les choses qu’il vit et de vivre pleinement ses rêves. Si il y a bien quelque chose à faire en tant qu’être humain, je pense que c’est d’être à l’écoute de soi, ainsi que de ses rêves d’enfants qui sont teintés de bienveillances et de sentiments purs. Je pense qu’il faut garder des yeux émerveillés et son âme d’enfant. Il faut toujours s’écouter et s’accrocher malgré les difficultés. Je peux le dire car j’en suis la preuve vivante (sourire). À 12 ans, je rêvais de chanter devant des milliers de personnes pour une comédie musicale, alors que mes parents sont ouvriers – ma mère est coiffeuse et mon père plombier – et que je n’avais aucun contact avec le monde du show business. J’y suis arrivé car j’y croyais et je me suis battu ! J’avais déjà réalisé une part de mes rêves mais aujourd’hui, j’ai le rôle principal donc c’est génial (sourire) !

JustMusic.fr : En parlant de rêves, y a-t-il des choses que tu aimerais faire ? Du cinéma par exemple ?

Inca : J’aimerais développer mon projet solo, faire des tournées avec des danseurs et oui le cinéma m’interpelle. Ado, j’ai fait beaucoup de cours de théâtre et dans « La légende du Roi Arthur », je me suis aperçu que je n’étais pas que chanteur car il y a aussi beaucoup de scènes.

JustMusic.fr : Tu as failli représenter la France à l’Eurovision en 2006, aimerais-tu prendre ta revanche et tenter d’y participer aujourd’hui ?

Inca : Je ne sais pas si on peut parler de revanche mais en tout cas je pense que j’aimerais bien le faire. Je me sens les épaules pour et légitime de représenter mon pays aujourd’hui. Je pense avoir ce qu’il faut pour, alors oui !

JustMusic.fr : Pour finir, as-tu un message à adresser à ton public ?

Inca : Je le dis à chaque fois car c’est important ! Il faut savoir que depuis « Roméo et Juliette » et mon passage dans « The Voice » en 2014, une communauté de fan s’est installée autour de moi. Elle est toujours présente, fidèle et me soutient ! C’est une famille et c’est trop beau de vivre ça ! Je vais d’ailleurs les revoir car beaucoup m’ont dit qu’ils viendraient voir « Siddhartha ». Je remercie toutes ces personnes pour leur fidélité et leur soutien (sourire) !

Retrouvez Inca sur Facebook, Twitter et Instagram.
Retrouves Siddhartha, l’Opéra Rock sur Facebook et Instagram