INTERVIEW : Rencontre avec Cali

0
1190

cali-justmusic-fr

Nous sommes partis à la rencontre de Cali pour la sortie de son septième album « Les choses défendues ».

JustMusic.fr : Peux-tu me faire un bilan de ton précédent album « L’âge d’or » ?

Cali : Un ami cher de plus, c’est-à-dire le réalisateur David François Moreau, je suis très fier d’avoir travaillé avec lui. Ma fille Coco qui vient maintenant chanter avec moi (sourire). Et pour finir, j’ai pu faire beaucoup de concert devant beaucoup de monde (sourire).

JustMusic.fr : Ton septième album « Les choses défendues » sortira le 25 novembre et cette fois tu as collaboré avec Edith Fambuena. Peux-tu me dire quelques mots sur cette collaboration ?

Cali : Je l’adore et je la reniflais depuis pas mal d’années. J’adore ce qu’elle a fait avec les Valentins, Bashung, Miossec, Higelin, Zazie ou encore Olivia Ruiz aujourd’hui. On a passé des nuits à travailler tous les deux et je me suis rendu compte que je n’avais pas perdu cette candeur grâce à elle, le moment où j’ai donné mon premier accord de guitare quand j’étais gamin. Je ne savais pas jouer à ce moment-là mais ça m’a fait quelque chose de magnifique. On a beaucoup rigolé et surtout elle a un talent gigantesque. Elle est fantastique et humainement tout là-haut.

JustMusic.fr : « Les choses défendues » est aussi le titre d’une des chansons de l’album. Pourquoi dis-tu « Croquez dans toutes ces choses défendues » ?

Cali : J’ai du mal à le dire car j’ai trois enfants dont un de 19 ans et je ne vais pas lui dire de faire des choses défendues (sourire), mais en même temps on a chacun sa vie et il faut sortir des sentiers. On ne doit pas avoir une vie dictée par quelqu’un et si en tant que parents on peut tracer un chemin à nos enfants, il faut parfois qu’ils en sortent pour découvrir eux-mêmes des choses défendues qui ne font pas mal aux gens. Moi je l’ai fait et ça m’a construit.

JustMusic.fr : Justement quelles sont les choses défendues que tu as faites ?

Cali : J’en ai fait plein (sourire) ! Celle qui fait référence au titre et qui m’a donné envie d’écrire cette chanson est que j’ai fait une fugue amoureuse. Au lieu d’aller au lycée le jour de la rentrée, j’ai pris l’avion pour partir en Angleterre. J’avais de l’argent car j’avais travaillé l’été pour ça. Je suis parti rejoindre ma chérie Louise et j’y suis resté deux mois. J’ai dormi dans des cabines téléphoniques, chez l’habitant…un peu partout en suivant les étoiles et le vent. Quand je suis rentré mon père a eu cette réaction extraordinaire de me prendre dans ses bras. Je ne sais pas si je l’aurais fait avec mon fils. Aujourd’hui quand je repense à cette histoire, ça me donne du courage pour faire certaines choses (sourire).

JustMusic.fr : Peux-tu me présenter le premier extrait « I want you » ainsi que le très beau clip qui est également disponible ?

Cali : Je voulais appeler le titre « Marions-nous » mais comme j’ai un autre titre qui s’appelle « Le mariage » ça faisait un peu beaucoup. J’aimais bien « I want you » car il y avait évidement un clin d’oeil à Bob Dylan et cette chanson est une euphorie amoureuse. Je me jette à genou devant celle que j’aime et je lui crie ma flamme en lui promettant toutes les choses que je ne pourrais jamais tenir, et j’adore ça. Pour moi, c’est un cri d’amour. Le clip a été réalisé par Yan Orhan qui a aussi fait la pochette du disque et aussi celui de « L’âge d’or ». Il a filmé sur les toits de Paris et on retrouve sa jolie patte. Je suis tout en haut et je suis à la limite de tomber.

JustMusic.fr : Qui est Annika Grill qu’on retrouve en duo sur le titre « Le mariage » ?

Cali : Je parle anglais mais comme ça allait être graver sur un disque je voulais que ce soit correct. J’ai donc demandé à Edith de me trouver quelqu’un pour m’aider. A la base je devais chanter seul mais lorsque Annika est venue en studio pour m’aider pour la prononciation, je lui ai demandé de passer derrière le micro. J’ai adoré, alors j’ai gardé les pistes et c’est devenue un duo (sourire). J’ai appris par la suite qu’elle est la merveilleuse chanteuse du groupe « Annika and the Forest ».

cali-justmusic-fr

JustMusic.fr : Pourquoi as-tu voulu rendre hommage à Annie Girardot ?

Cali : C’est une dame que j’aime profondément, elle partageait ses tristesses, ses joies, ses chagrins, ses fêlures au public et ses mots m’ont toujours touché. Sa hauteur d’âme m’a toujours bouleversé et elle a joué dans un film avec Belmondo qui s’appelle « Un homme qui me plaît » de Claude Lelouch. A la fin du film, elle l’attend dans un aéroport et il ne descend jamais de l’avion. Son visage est filmé et passe par toutes les étapes dont celle où elle est complètement perdue. Je parle dans cette chanson de l’enterrement de maman. Mon papa nous a rassemblé, on était sur le lit de nos parents et on pleurait tous. J’ai trouvé qu »il avait le visage d’Annie Girardot quand elle était perdue dans l’aéroport.

JustMusic.fr : On te retrouve dans les choeurs du titre « Niño mi niño » sur le nouvel album d’Olivia Ruiz. Tu avais d’ailleurs interprété « Je ne te reconnais plus » en duo avec elle sur ton album « L’espoir » en 2008. Que représente-t-elle pour toi ?

Cali : C’est ma grande amie et c’est marrant car on vient de la même région vers Carcassonne. On chantait dans des bals chacun dans nos formations mais on ne se connaissait pas. Maintenant on est sur les routes tous les deux, on se protège et on se conseille. On a beaucoup d’amis en commun, elle a un talent immense, du courage et une belle fierté qui la pousse à tenter des choses difficiles mais qu’elle réussit toujours. Je l’aime profondément et j’adore son nouvel album.

JustMusic.fr : Pour ta tournée tu as reconstruit ta chambre d’ado. Pourquoi ce choix ?

Cali : Je voulais raconter des anecdotes et partager des choses, donc quoi de plus intime qu’une chambre. J’ai reconstruit ma chambre d’ado avec des posters de Bruce Springsteen, Léonard Cohen, des Clahs, des vinyles de U2 et des Sex Pistols par terre, un piano, une guitare… L’idée était d’être en intimité et de faire rentrer le public dans ma chambre chaque soir.

JustMusic.fr : Tu seras en concert au Bataclan le 13 mars 2017 alors qu’est-ce que ça te fais de revenir chanter dans cette salle ?

Cali : Cela me bouleverse évidemment, ça me remue et j’ai envie de rendre un hommage à tous ces jeunes qui sont morts ce soir-là, toutes les personnes qui ont vécu cette tragédie ainsi qu’à tous leurs proches. En même temps, il faut que ça reste un lieu festif et je vais là-bas avec fierté car je veux tenir la main des personnes qui tiennent cette salle car ce sont des amis.

JustMusic.fr : Tu dis qu’il y a des chansons qui te remuent toute une vie et d’autres le temps d’une tournée. Comment t’en aperçois-tu ?

Cali : Je m’en aperçois au bout d’une vie (rires). Quand j’écris ce sont des polaroïds de ma vie et je crois qu’une chanson est comme une amante ou un amant. C’est-à-dire que j’embrasse pour la première fois ce morceau et on va se quitter quelques temps après ou soit on va rester toute notre vie ensemble. Il y a des chansons qui sont mes amoureuses pour la vie (sourire).

JustMusic.fr : Pour terminer as-tu un message à adresser au public ?

Cali : Achetez mes disques (éclat de rire) ! Merci d’écouter mon album et n’hésitez pas de me faire des retours. J’en suis très fier et beaucoup me disent que c’est mon meilleur opus. Quand je dis aux gens d’acheter mon album ce n’est pas pour rien, car aujourd’hui il y a le streaming et il faut savoir qu’on ne touche rien, ni les musiciens, ni le photographe… Un disque qui vaut le prix qu’il vaut, le vaut et à chaque fois que vous achetez un vrai disque ça nous permet de continuer d’écrire des chansons et de vivre un peu plus. Je ne me plaindrais jamais car je vais sur la route et tout se passe bien, mais je parle au nom de tous les artistes qui souffrent du streaming.

Retrouvez Cali sur Facebook et sur Twitter.

cali-interview-justmusic-fr

cali-dedicace-justmusic-fr

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY